Bienvenue !

Dérouler les pages avec la barre latérale  à droite

Bienvenue sur un site consacré à

  • L’analyse des pratiques
  • L’innovation pédagogique 
  • La recherche en éducation
  • La recherche sur l’autisme (TSA) & l’école inclusive pour des élèves TSA

2 avril 2019 –

Journée mondiale de l’autisme

Lettre ouverte

L’Autisme à l’école en France : l’endroit et l’envers du tableau

Christian Alin[1]

 

À l’occasion de la journée mondiale de l’autisme du 2 avril 2019, quelle est la situation de la scolarisation des enfants/élèves avec autisme à l’école en France ? La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapées[2] a permis une augmentation significative du nombre d’élèves en situation de handicap dans le milieu scolaire ordinaire. Toutefois, force est de constater que dans cette dynamique, un public à besoin éducatif particulier reste aux portes de l’école. Il s’agit des enfants avec autisme (TSA)[3].. La France tente, enfin, et c’est l’endroit du tableau, de rattraper son énorme retard, alors que dans d’autres pays anglo-saxons (USA, UK), francophones (Québec), européens (Italie, Suède, Portugal), la scolarisation inclusive des enfants et adolescents TSA est, depuis longtemps, engagée Les progrès quantitatifs de prise en compte de l’autisme sont incontestables, si on s’en tient aux chiffres. En revanche, seulement, 30% des élèves avec des troubles du spectre de l’autisme sont scolarisés 3 jours ou moins de 5. Pour cette dernière rentrée scolaire de 2019, 36 200 élèves avec autisme ont été scolarisés en milieu ordinaire (75% en classe ordinaire, 25% en ULIS 12 900 en établissement médico, sans qu’on soit capable de dire comment les enfants en milieu médico sociaux sont scolarisés, 60% en premier degré, 8% en Lycée) On note aussi que 45% des élèves autistes ont un temps partiel contre 18% de l’ensemble des élèves en situation de handicap. Tous ces chiffres[4] montrent les difficultés et les ruptures de parcours scolaire d’un enfant TSA, encore plus quand il a dépassé l’école primaire. Avec le 3ème plan autisme (2013-2017) et aujourd’hui la stratégie pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement (TND) 2018-2022, La France met donc, enfin, en œuvre une forte mobilisation politique, pédagogique et médiatique. Pour autant la partie est loin d’être gagnée. L’envers du tableau fait apparaître des obstacles, des enjeux de territoire et d’expertise qui freinent et empêchent cette volonté politique de se réaliser avec efficacité sur le terrain ordinaire des pratiques. Leur identification nous conduit à proposer trois pistes principales de travail.

  • Dépasser et/ou éliminer les obstacles à la lisibilité de l’autisme —  la différence invisible et l’hétérogénéité de ce type de handicap social ; la méconnaissance et/ou l’ignorance des marqueurs de dépistage d’un autisme potentiel par les médecins généralistes, les enseignants, les professionnels de la petite enfance, les parents, les aidants ; la difficulté pour les parents à obtenir un diagnostic précoce ; la durée et/ou la persistance du déni parental ; la multiplicité et l’hétérogénéité des intervenants « experts » ; la difficile détection et compréhension, du monde et de la culture de l’autisme avec le regard souvent pour le moins circonspect des gens « non autistes » dans leur rencontre avec la différence autistique.

 

  • Faire cesser l’épuisant combat des familles — le parcours kafkaïens des rapports et des relations administratives, juridiques et humaines avec une MDPH ; les délais pour obtenir un diagnostic valide et fiable par de professionnels et/ou des institutions habilitées ; les bouleversements financiers, économiques, psychologiques qu’entraîne l’arrivée de l’autisme au sein des familles ; le parcours chaotique de scolarisation de leur (s) enfant (s) TSA ; une absence et/ou une faiblesse qualitative de la formation initiale et continue des acteurs de l’autisme en France : enseignants, formateurs et cadres de l’éducation nationale, médecins généralistes, professionnels médico-sociaux, référents administratifs (MDPH)[5]; une quasi absence de formation publique accessible et gratuite pour les parents, la famille, les aidants.

 

  • Sortir de l’impuissance pédagogique des projets d’intervention — des conditions d’accueil inconsistantes (temporelles, matérielles, environnementales, didactiques, pédagogiques) plus exclusives qu’inclusives ; des enjeux et des concurrences de territoires entre nombreux et multiples acteurs ; l’inconsistance parfois et/ou l’ignorance des dits « experts » (médecins / professionnels de l’autisme) et qui refusent ou ignorent l’expertise réelle des parents ; des illusions et des dérives que le marché concurrentiel des « méthodes » et/ou de techniques (ABA–TEACCH, etc.)  peut engendrer; la grande difficulté à trouver des professionnels formés et/ou habilités ; le non accompagnement psychologique et pédagogique des parents et des aidants ; la non prise en compte des récentes données scientifiques et/ou professionnelles en matière d’intervention apportées par les neurosciences et/ou les sciences cognitives, la génétique et l’épi-génétique, les sciences de l’éducation /ou de l’intervention, la littérature avec les récits de vie, les témoignages de personnes avec autismes et/ou de leur famille ; la difficulté à obtenir du travail d’équipe pour obtenir une réelle complémentarité d’intervention des lieux et /ou dispositifs médico-sociaux avec ceux du scolaire.

 

Vers une école inclusive et le pari de l’éducabilité[6]

Le consensus scientifique international est pourtant acté : l’autisme n’est pas une maladie. Même si le biomédical a une grande importance, il nous faut faire le pari de l’éducabilité. Face à l’attente des familles et des élèves TSA une prise en compte efficace et efficiente de l’autisme à l’école ne peut plus se contenter de quelques heures d’information théorique en présentiel ou via internet sur les caractéristiques de l’autisme et/ou sur des présentations de méthodes d’intervention. La France se lance enfin sur l’enjeu de l’autisme et d’une école inclusive. Encore faut-il que cette nouvelle ambition n’oublie pas l’envers du tableau et prenne véritablement en compte les difficultés concrètes que les familles et les enseignants, les AVS et/ou AESH[7] d’enfants avec autisme vivent sur le terrain. Entre espoir et impuissance, c’est à une école inclusive, solidaire, bienveillante que nous aspirons mais aussi et surtout performante, portée par de moyens financiers et des personnels formés, supervisés en capacité d’innovation et d’adaptation. L’apport d’une recherche en éducation scientifique, pluridisciplinaire avec en particulier l’appui des neurosciences, des sciences de l’éducation et de l’intervention est, aujourd’hui, plus que jamais nécessaire et d’actualité.

 

Christian Alin, Lyon, le 26 mars 2019.

 

[1] ALIN Christian, Professeur des universités émérite, en Sciences de l’éducation, ESPE Lyon1,laboratoire L’VIS – EA-7428, Lyon1.

[2] Loi N° 2005 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées – JO n°36 du 12 Février 2005.

[3] TSA – Trouble du Spectre de l’Autisme

[4] Ces chiffres donnés par l’éducation nationale ont été communiqués par Autisme-France à la commission d’enquête du 19 mars 2019, http://videos.assemblee-nationale.fr/video.7405030_5c9109bd54f64.commission-d-enquete-sur-l-inclusion-des-eleves-handicapes–auditions-diverses-19-mars-2019 (consulté le 23 mars 2019).

[5] MDPH – Maison Départementale des Personnes Handicapées.

[6] ALIN Christian, (mars, 2019), L’autisme à l’école-le pari de l’éducabilité, Préface Meirieu Ph. Ed. Mardaga : Bruxelles.

[7] AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) – AESH (Accompagnant des Elèves en Situation de Handicap)

 

  • Tuteurs 2014

  •     

    Tuteurs 2014-7

  • Tuteurs 2014-6

Tuteurs 2014-4

 

Mooc   Co-Analyse d'une leçon de math

 

En bas de page vos commentaires et analyses sur l’ensemble du site ou chacune de ses pages seront les bienvenus. Merci…

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.